Synchroniser des données vers Google Drive avec Rclone

Les sauvegardes, il n’y en a jamais assez. Dans ce document, je vous propose d’utiliser « Rclone » et Google Drive pour sauvegarder/synchroniser des données.

Contexte et environnement

Gardez en tête qu’il s’agit là d’une preuve de concept, vous pouvez très simplement utiliser un autre fournisseur de stockage (Rclone en supporte une grande quantité).

L’idée de prendre le stockage chez Google réside aussi dans le fait qu’un système de ‘versionning’ et une corbeille sont présents, pratique. Vous pouvez utiliser tout autre founisseur de stockage en ligne, la procédure sera similaire.

Ici, j’utiliserai un serveur Ubuntu LTS 20.04 fraichement installé sans outils particuliers.


Installation de Rclone

L’installation de l’outil Rclone peut se faire de différente façon:

  • soit via les dépôts de votre distribution
  • soit en compilant les sources
  • tout simplement en utilisant la ligne de code et le script fourni depuis le site officiel :
curl https://rclone.org/install.sh | sudo bash

L’objectif de ce document est de vous présenter une solution de sauvegarde gratuite et facile de mise en oeuvre. La sécurité est volontairement faible au départ pour mettre en place rapidement l’outil.

Configuration de Rclone et Google Drive

Maintenant que votre Rclone est installé, configurons-le pour utiliser Google Drive. Il s’agit d’une configuration par utilisateur. Si les commandes sont effectuées en tant que root, vous n’y aurez pas accès depuis votre utilisateur principal. Une option de copie de fichier de configuration est disponible depuis la commande « rclone ».

rclone config

Plusieurs options : créer un nouvel emplacement à distance, le renommer, le copier, mettre un mot de passe de configuration et arrêter la configuration. Créons un nouveau profil, saisissez la lettre « N« .
Saisissez ensuite le nom souhaité pour la configuration. Ce nom est important, il sera utilisé dans la ligne de commande pour lancer la copie. Continuez ensuite en saisissant « drive » – laissez les options « Client ID » et « Client secret » vide (validez juste).

Le « scope » représente les droits dont disposera rclone sur votre drive. J’ai choisis l’option 3, permettant à rclone d’accéder et de modifier uniquement ses fichiers créés, rien de plus.

Par la suite, le « root_folder_id » correspond au numéro d’identification du dossier dans votre drive – toujours dans un soucis de simplicité pour présenter l’outil, je laisserai cet argument vide. Tout comme pour le « service_account_file » (fournir des identifiants via un fichier), je ne mets pas d’argument ici.

Finalisation de la configuration de Rclone et Google Drive

La première partie de la configuration est terminée, vous pouvez allez plus loin avec une configuration avancée (ne sera pas traité ici). L’auto-configuration va être initiée : saisissez  » N « . En effet, l’auto-configuration est à exploiter sur des machines locales, pas distantes. Copiez/collez le lien communiqué dans un navigateur.
Connectez-vous avec le compte Google, autorisez l’application, copiez le code fourni et collez le dans votre terminal ; c’est terminé pour la configuration !

Effectuons un premier test :

rclone ls remote-gdrive:

La commande « ls » liste les dossiers distants et l’argument « remote-gdrive: » correspond au nom de l’accès distant précédemment créé. Si vous avez suivi scrupuleusement l’article, la commande au dessus ne devrait rien vous retourner comme résultat.

Pour envoyer un premier dossier, saisissez la commande suivante :

rclone copy fichier.txt remote-gdrive:/

Pour envoyer un dossier, même principe :

rclone copy dossier remote-gdrive:/

Côté distant, vous pouvez mettre ça dans un tout autre dossier, suffit de changer le nom après le « remote-gdrive:« .

La commande « rclone copy » copie les nouveaux fichiers, sans mettre à jour les autres déjà envoyés. Pour effectuer une synchronisation des fichiers modifiés (sauvegarde de type différentielle), utilisez rclone avec l’option « sync » (que ce soit pour des fichiers ou des dossiers :

rclone sync dossier/ remote-gdrive:/

Un argument à passer dans la ligne de commande qui peut être intéressant est le  » -L  » (permet de suivre les liens symboliques et les copier). Au besoin, rclone saura vous retourner l’information si des liens symboliques sont présents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *