[Blog’Life] Changement de mon PC ! Part. 3

Le démontage et le dépoussiérage est terminé, non sans mal, passons maintenant à la configuration et aux choix des pièces !

Cet article est dédié non pas au montage des composants (qui arrivera partie 4), mais au choix des pièces, la justification et quelques astuces pour ne pas se tromper dans votre choix ; Vous aurez mon ressenti global.

Asus, Intel, Samsung et Kingston, voici les 4 marques que j’affectionne le plus au niveau des composants informatique ! La majorité de mes PC ont été montés à partir des pièces de ces constructeurs.


La carte-mère – Asus Z170- DELUXE

Ce fût le choix le plus compliqué ! J’ai des critères bien précis et je voulais une carte-mère « full »… Explications.

La carte-mère, c’est la pièce principale de votre machine, son choix n’est donc pas à prendre à la légère. Si la carte-mère choisie n’est pas la bonne ou ne correspond pas exactement à vos besoins, votre configuration entière sera remise en cause !

J’ai le choix entre trois constructeurs pour la carte-mère : Asus, Gigabyte ou MSi. Mes cartes-mères ont toujours été des Asus ! Non pas que je sois un « fanboy » (quoi que depuis le temps…) mais presque. J’ai écumé toute la gamme Asus pour choisir ma carte-mère. Chez Gigabyte et MSi, je n’ai pas eu de coup de cœur ni même de révélation après avoir longtemps recherché sur les sites concernés.

La carte-mère devait être soit en socket 2011-v3 ou en 1151. Je voulais de la DDR4 (avec des fréquences élevées), un support du RAID0,1 et 5, un connecteur M.2, 6 ports SATA III (6 Gbit/s), au moins deux PCI-e 16x, au moins un USB Type-C, au moins deux USB 3.1, de nombreux ports USB 3 et… C’est déjà beaucoup ! Vous pouvez le constater, je souhaitais donc une carte-mère avec de nombreuses connectiques et me permettant d’évoluer la configuration si j’y suis amené.

Le socket 2011-v3 m’a particulièrement intéressé pour le fait de monter à 64 Go de mémoire vive sur le PC, utile pour la virtualisation, mais autant louer un serveur en ligne pour avoir une puissance telle… De plus, le prix des processeurs 2011-v3 (majorité de Xeon) s’envole très rapidement et ça refroidit. C’est donc naturellement que je me suis dirigé vers le socket 1151, supportant les CPU Skylake d’Intel (6ème génération, la dernière en date en 2015-2016).


Pourquoi pas d’ATI/AMD ?

J’ai une très, très TRÈS mauvaise expérience avec ATI/AMD, que ce soit avec les cartes graphiques que les processeurs. Surchauffe, défauts matériels, pannes aléatoires, drivers fréquemment en panne et « bugué » bref, je n’ai vraiment plus envie de retenter l’expérience avec ces matériels / ces marques.


Plusieurs modèles de cartes-mères ont été parmi les prétendantes, notamment la Maximus VIII HERO, Maximus VIII HERO ALPHA, la SABERTOOTH Z170 MARK 1 et la Z170-DELUXE. Toutes ces cartes ont des points communs : elles supportent la DDR4 hautement cadencée, le RAID, le port M.2 est présent et les PCI-e sont tous là. Certaines cartes ont des USB 2, des USB 3, d’autres n’ont pas l’USB Type-C bref, au compte, c’est la Z170-DELUXE qui remporte haut la main tous les critères.


La mémoire vive, Kingston Black SAVAGE DDR4 2133 Mhz CL13 XMP 8Go

DDR4 oblige à cause du socket z170, je me suis dirigé très rapidement sur les RAM chez Kingston. La raison est simple, les cartes-mères Asus sont assez capricieuses sur les barrettes de mémoire vive ; J’avais fais l’expérience des barrettes mémoire Corsair VENGEANCE, je ne vous raconte pas toutes les pages bleues que j’ai eu sous Windows et tous les Kernel Panic sous Archlinux… J’ai aussi eu des barrettes mémoires Transcend sur des cartes-mères Asus, aucun gros problème rencontré hormis les fréquences qui n’étaient pas juste, puisque ces RAM Transcend n’avaient pas de profil XMP.

Il y a de nombreuses références au niveau des RAM, entre les fréquences en mégahertz, les latences de la mémoire, les gammes, les couleurs (oui, ça peut avoir son importance esthétique ET technique !). Les Kingston Black 2133 Mhz CL13 XMP 8Go que j’ai sélectionné ne sont pas très fortement cadencée mais dispose d’une latence faible (CL13). Elles possèdent aussi un profil « XMP« , important pour pouvoir être pleinement compatible sur la carte-mère et (pourquoi pas) sur-cadencer les RAM.

J’ai pris deux barrettes de 8 Go chacune, pour un total de 16 Go. La carte-mère fait fonctionner ses slots de RAM par paire, il est donc préférable d’avoir deux barrettes en même temps, sur les slots de même couleurs ; Il y a certainement une augmentation à 32 Go si la virtualisation (ou autres applications) nécessite trop de mémoire vive.


Les SSD pour les données, Samsung 850 EVO SATA III

Lassé par les disques durs mécaniques depuis que j’ai goûté il y a plus de 4 ans aux SSD, j’ai immédiatement pris deux SSD 850 EVO 500 Go et mis en RAID 0 pour avoir non seulement de l’espace disque ET des performances. Inutile de vous dire que ce coup de fouet est extrêmement appréciable pour les VM et tous les autres logiciels ! C’est maintenant impossible pour moi de faire machine arrière quant à cette vitesse ! J’ai effectué des tests un peu plus poussés sur ce RAID 0 de 2 SSD, un article sera saisit pour vous en faire part.

Le RAID mis en place utilise la puce contrôleur d’Intel « Rapid Storage » – un RAID 0 rapidement mis en place et facilement géré par la carte-mère et les systèmes d’exploitation.

La sauvegarde est assurée (pour le moment) par un Acronis True Image et la sauvegarde Windows Backup – Il n’y a pas de données critiques sur ces SSD, je n’ai donc pas besoin d’avoir une sur-protection sur ces SSD / partitions.


Pour le système, Samsung 850 EVO M.2

La carte-mère disposant d’un port M.2, je voulais avoir un SSD au format M.2 pour le système. Ce SSD M.2 a une capacité de 500 Go, il y a de la place pour un ou deux systèmes d’exploitation, en plus de pouvoir y intégrer toutes les applications sans être bridé. De plus, j’utilise fréquemment deux OS à la fois (Windows en tant que système hôte, Archlinux en machine virtuelle pour certains besoins), je n’aime pas être dépendant d’un système et qui plus est, il me faut du stockage dans tous les cas. Les performances du M.2 m’ont un peu déçu, je m’attendais à avoir des scores bien plus élevés ; Je n’ai pas fais attention au type de M.2, d’où ce pseudo-manque de performance. Tout comme les autres SSD 850 EVO, j’ai effectué des benchmarks sur ce disque et un article y sera consacré.

Pas besoin de pilotes complémentaires pour installer un système d’exploitation sur le SSD M.2, Windows 7 et Windows 10 ont parfaitement reconnu le disque et le système s’est installé sans problème ni driver auxiliaire.


Le cœur du monstre, Intel Core i7 6700k

Carte-mère, SSD, RAM tout est présent, mais il faut une tête pensante à ces matériels – Le processeur (Intel oblige compte-tenu du socket) n’a pas été un choix très dur, puisque j’avais uniquement deux CPU :

  • Intel Core i5 6600k
  • Intel Core i7 6700k

Le Core i5 m’a clairement « tapé dans l’œil », puisque sa fréquence est suffisamment haute pour mes besoins, la virtualisation est possible et toutes les « options » d’Intel sont dessus. Toutefois, il lui manquait un petit plus : l’hyper-threading. Anecdotique pour certains, c’est extrêmement utile pour la virtualisation ou encore le montage photo/vidéo. Le Core i7 est donc le seul capable de tenir compte de cette fonctionnalité et qui plus est, sa fréquence est démentielle ! 4 Ghz de base avec un mode turbo à plus de 4,2 Ghz !

Bon, sur ma carte-mère et avec ma configuration, la fréquence de base est passée à 4,5 Ghz… 😀

Je n’ai JAMAIS eu de problème avec les processeurs Intel. Vraiment jamais. J’ai vu une fois un défaut d’un processeur Intel chez un client, qui avait un Core i5-2400 – le CPU faisait planter aléatoirement le PC, même sans activité particulière (testé sur plusieurs cartes-mères, avec plusieurs RAM différentes, des disques durs différents et des OS différents) ! Première fois que je vois un problème sur ces matériels en plus de 15 ans d’utilisation des CPU Intel… C’est beau !


Vous en savez maintenant beaucoup plus sur mes choix portés sur cette nouvelle configuration ! Je continuerai la rédaction de certains articles plus techniques et précis sur différents points (profils XMP, le choix d’un processeur Intel (avec ou sans hyper-threading), la mémoire vive et les SSD) prochainement.

Rendez-vous sur la partie 4, le montage de la nouvelle configuration !

Julien H

Passionné depuis toujours par l'informatique, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian et Archlinux. L'infosec m'ouvre les yeux sur les enjeux actuels et futurs de l'IT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close