Cloud public d’Ikoula – découverte et avis personnel

Hébergeur français bien implanté et connu, Ikoula s’offre les possibilités infinies du cloud via son offre « Ikoula ONE »…

J’ai eu la chance d’avoir un test gentillement offert par Ikoula pour tester le service « Cloud Public ». Un service qui est parfaitement dans l’air du temps, vu le nombre de machines virtuelles que nous avons besoin de créer tant étant technicien informatique que « simple » utilisateur.

Cet essai m’a permis d’appréhender cette « mode » de virtualisation qu’est l’ « IaaS », voir même le « VaaS » (Virtualization As A Service)…


Cloud public ou VPS ?

Il existe deux grandes familles dans la virtualisation côté hébergeur : les VPS et les instances (dont le cloud public d’Ikoula fait partie).
Les VPS sont des machines virtuelles créées au cas par cas, gérées de façon autonome et disposant d’une ou plusieurs adresses IP publiques (en v4 ou v6). Ces machines virtuelles ne disposent pas de sécurité uniformisée, de HA, de load balancing ou autres fonctionnalités – tout est géré en interne dans ce VPS, par son utilisateur. Les VPS sont des machines virtuelles disposant toutes d’un même hôte (l’hyperviseur), toute derrière un routeur plus ou moins mutualisé ayant pour règle un « allow any ».
Les instances de type cloud public (Ikoula, Amazon Web Services, Microsoft Azure, Scaleway ou encore Google pour n’en citer que certains…) restent aussi des VM, à la différence où elles bénéficient d’une plateforme commune aussi bien pour les ressources matérielles que les ressources réseaux (pare-feu, load-balancing, HA…). Bien que partagées, les ressources sont toutefois cloisonnées entre ces instances. Vous avez en plus la possibilité de moduler et configurer vos ressources comme bon vous semble (ce qui n’est pas le cas pour les VPS). Il y a aussi une plus grande souplesse quant au management (côté administrateurs) d’instances qu’avec des VPS.

Chez Ikoula, il s’agit d’instances à base de Cloudstack. Grâce à l’interface web, vous n’avez aucune ligne de commandes à effectuer – tout se passe via le biais de formulaires accessibles dans votre espace client.


L’offre « Ikoula One »

Via Cloud Ikoula One, vous pouvez utiliser / générer des VM à un instant T, les exploiter et les détruire comme bon vous semble ; c’est là le but de cet offre, avoir des machines virtuelles répondant à un besoin le plus rapidement possible, tout en gérant sa configuration et ses coûts.

Via le tableau de bord, vous pouvez créer différent type de machine virtuelle – allant d’une VM de faible taille et capacité sous CentOS 7.2 jusqu’à une VM (appellée « extralarge ») alliant 8 vCPU, 32 Go de RAM et un débit de 100 Mb/s sous Debian 9. Il est techniquement possible d’avoir un débit supérieur mais uniquement en option.

Différents OS sont disponibles pour vos besoins. Dans le cadre de mes tests, j’ai utilisé un Debian 9 sur une instance m1.small – une machine idéale pour y faire tourner un petit serveur web nginx, ou un serveur DNS, un serveur proxy/VPN… Tout ce genre de service peu gourmand tant un usage modéré y est effectué.

L’avantage des instances, c’est qu’il s’agit de modèles pré-configurés (appelés fréquemment « templates »). Une fois générée, votre instance sera alors prête à l’emploi, l’OS déjà installé et disposera de l’accès à l’Internet. Les débits sont d’ailleurs très bons, tous les « speedtests » que j’ai pu effectuer m’ont amenés à des débits de plus de 50 Mbit/s à chaque fois !

En plus d’avoir une machine prête à l’emploi, vous pouvez aussi l’administrer via votre tableau de bord, dans votre compte Ikoula. Redémarrer/Arrêter/Allumer votre VM, modifier le pare-feu (entrée et sortie), gestion des clés SSH pour se connecter de façon sécurisée… Et bien entendu, gérer votre compte (identité, facturation, support).

Point important, pendant le déploiement, il est proposé d’ajouter un vdisk (un disque dur virtuel pour votre VM). Si vous le faites, votre VM aura alors deux vdisk (un de 50 Go pour le système et un second pour les données dont vous pourrez préciser la taille). Cette opération peut être effectuée pendant le déploiement ou à posteriori. De plus, vous devrez configurer votre pare-feu d’instance via votre tableau de bord (« groupes de sécurités ») pour pouvoir accéder aux services de votre instance depuis l’Internet…


Pourquoi utiliser le cloud Ikoula ONE ?

Question fatidique ! Pourquoi ce service et pas un autre… ? Première réponse, parce qu’Ikoula c’est souverain ! Nous sommes tellement à l’affût des services français (en tant que résident français) qu’il est bon de pousser les belles offres françaises !
Ikoula, c’est aussi un hébergeur de qualité qui est réputé sur la toile – vous avez déjà très certainement vu une publicité en relation avec eux, que ce soit sur le web que dans les magazines spécialisés en informatique.
Il y a aussi des essais gratuits pendant 1 mois, vous permettant de découvrir le produit par vous-même et prendre vos marques.

Compte-tenu de l’offre, vous trouverez certainement un modèle d’instance qui conviendra à vos besoins – sachez qu’une équipe commerciale est prête à vous guider en cas de besoin, profitez-en !

Je parlais tout à l’heure de souveraineté, c’est aussi parce que le datacenter principal d’Ikoula est en France – vos données seront donc stockées dans le pays ! Plus d’informations à cette adresse. Tout comme la connexion réseau vers/depuis Ikoula, des protections sont mises en place, tout comme des solutions de secours en cas d’interruption accidentelle de service (cas de force majeur). Les informations complémentaires sont disponibles à l’adresse ci-dessus.

Le coût… Quel est le coût pour ce genre de service ? Là aussi, c’est votre affaire : vous paierez selon l’utilisation ! Plus les instances resteront allumées, plus elles vous coûteront une base fixe – lien vers la grille tarifaire. Pour l’instance que j’ai utilisé, il m’en revient à environ une douzaine d’euros par mois, stockage compris. Au vue des performances et des possibilités, il est certes plus chère qu’un VPS, sauf que vous avez la qualité en plus. Tous les coûts sont calculables au centime près – votre tableau de bord Ikoula vous permettra de gérer cet aspect dans ses moindres détails. Encore une fois, n’hésitez pas à solliciter l’assistance pour être guidé.


Avis personnel et ressenti

Woaw ! C’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit lorsque j’ai commencé à exploiter les possibilités du service. J’ai réussi à me faire très rapidement à l’interface, à cette méthode de virtualisation que sont les instances (notamment bien gérer le « pare-feu central » et le stockage) en plus du coût (calcul et exploitation). Je ne suis pas du tout déçu de la prestation fournie, bien au contraire !

Chaque instance peut être évoluée (en plus ou en moins), pourvu qu’elle soit éteinte. Ce genre de personnalisation n’est pas fréquemment possible chez les concurrents du genre… De même qu’il est possible d’augmenter le stockage et de créer des snapshots de vos instances (pour éviter de tout recommencer suite à une mise à jour corrompue par exemple).

Ayant utilisé des VPS et des serveurs dédiés à foison aussi bien chez des hébergeurs publics pour mes besoins personnels que professionnels, je suis prêt à sauter le pas et arrêter mes derniers VPS restants pour les « réintégrer » en instance sur un cloud public comme celui d’Ikoula. Beaucoup plus souple et administrable aisément, c’est ce que tout administrateur système recherche !

Je souhaite remercier Thomas d’Ikoula pour sa patience et surtout pour sa démarche de test/offre – c’est un plaisir que de pouvoir tester des services de qualité ! 😉

Julien H

Passionné depuis toujours par l'informatique, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian et Archlinux. L'infosec m'ouvre les yeux sur les enjeux actuels et futurs de l'IT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This
Fermer
Fermer