« First-Use » de l’interface ADM 3.0 d’un NAS Asustor

Un NAS tout neuf déballé du carton devra « subir » une première configuration pour être exploitable – comment faire ? Suivez le guide pas-à-pas.

L’article porte ici sur un NAS Asustor AS6102t disposant de l’interface ADM 3.0, la dernière en date au 01/12/2017. Selon les mises à jour, l’article pourra être modifié en conséquence.
Un « first-use » est une première utilisation. un article pour pouvoir installer/configurer de manière simple et rapide votre matériel. Le document ci-dessous n’est pas à prendre au mot près, adaptez-le selon vos besoins et votre architecture.


Première initialisation

Lors de la première connexion au NAS via l’IP en DHCP récupérée au préalable, la première fenêtre vous prévient qu’un formatage complet de vos disques va être effectué ; vient ensuite la recherche de mise à jour de l’OS ADM.

Ici, la toute dernière mise à jour incorporant un fix contre la faille Wi-Fi « KRACK » est disponible. J’ai pris 9 minutes à effectuer ce premier démarrage. La mise à jour est nécessaire pour continuer de travailler sur le NAS, sans quoi vous vous exposerez à des failles de sécurité.

Quand toute cette procédure de mise à jour et de redémarrage est terminée, la configuration initiale du NAS peut débuter. Vous avez le choix entre une configuration pré-définie dite « en 1 clic » ou une « configuration personnalisée » – c’est la seconde option que j’ai choisi et que je vous propose de voir ensemble.


Lancement de la configuration personnalisée

Réglages de base, vous devez y saisir le nom du NAS et le mot de passe pour le compte « admin », mettre l’heure la date comme il se doit (vous avez le choix entre un réglage manuel, utiliser l’heure de votre PC ou se synchroniser sur un serveur NTP si le NAS peut bénéficier d’une connexion internet).

Les paramètres réseaux arrivent par la suite – le NAS disposant de 2 interfaces Ethernet en Gigabit, vous pouvez effectuer de la répartition de charge et / ou de la tolérance de panne en fonction de l’agrégat de lien choisit. Vous devez aussi y saisir l’adresse IP fixe et d’autres paramètres complémentaires selon les besoins.

Dans l’image ci-dessus, les deux prises Ethernet sont toutes les deux connectées à un switch. Une IP est donc attribuée sur chaque prise. J’ai donc mis en place un agrégat de lien, en sélectionnant « OUI » dans « Utiliser agrégation de lien« . Le mode d’agrégat de lien peut être modifié, selon les performances, la tolérance et la redondance souhaitée. Par défaut, il s’agit du mode « Round-Robin » qui est exploité. D’autres modes sont disponibles – ce n’est pas le but de cet article de choisir/mettre en place l’agrégat de lien.

Par la suite, le choix du niveau de RAID. Une liste assez impressionnante est disponible pour l’ensemble des NAS, vous ne pourrez pas tout effectuer en fonction du nombre de disques que vous avez la possibilité de mettre.

Sur l’AS6102t, le NAS dispose de 2 baies de disque dur. Les niveaux de RAID possibles sont donc « RAID0« , « RAID1« , « JBOD » et « Single« . Pour assurer une petite sécurité sur vos données, utilisez le RAID1. Pour la vitesse (sans sécurité logicielle ni matérielle), utilisez le RAID0. Pour bénéficier des 2 disques de façon indépendante, utilisez « Single ». Pour la hype et faire un semblant de mix entre le RAID0 et le RAID1, utilisez le JBOD (made in Intel).

N’oubliez pas de sélectionner les disques souhaitez et de confirmer votre choix – action irréversible, toutes les données seront supprimées de vos disques !

Enfin, après tous ces choix, le NAS va alors initier sa configuration en fonction de vos choix et prendre un certain temps pour la configuration.

Lorsque la configuration est terminée, un très court « reload » du NAS sera effectué avant de pouvoir vous laisser la main sur le NAS.
Bienvenue dans l’interface ADM3.0 d’Asustor !

Julien H

Passionné depuis toujours par l'informatique, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian et Archlinux. L'infosec m'ouvre les yeux sur les enjeux actuels et futurs de l'IT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This
Fermer
Fermer