Les hotspots Wi-Fi dans les voitures – Un nouveau moyen de piratage facile ?

De plus en plus de constructeurs automobiles proposent dès à présent des hotspot Wi-Fi intégrés dans leur véhicules – qu’est-ce que c’est, comment ça fonctionne, quels sont les moyens de sécurité et faut-il en avoir peur ? Réponses.

Avant de commencer à en discuter, je tiens à préciser que je n’ai pris parti d’aucune marque, aucun constructeur et qu’il s’agit vraiment d’un avis et d’une réflexion personnel. Je ne crierai ni dénigrerai aucune marque.


Du Wi-Fi dans les autos, vraiment ?

Depuis quelques mois maintenant, les constructeurs automobiles annoncent tous en cœur qu’ils fourniront dans leurs nouveaux modèles des points d’accès Wi-Fi intégré directement dans la voiture. Ceci étant pour les usagers à l’intérieur, vous pourrez donc bénéficier d’un réseau Wi-Fi et d’une connexion internet « haut débit » entre 5 et 10 utilisateurs connectés en même temps. D’autres constructeurs préfèrent toutefois jouer sur un tableau différent, à savoir l’ajout (donc option) manuel d’une clé faisant office de point d’accès. Ainsi, libre à vous de lancer (ou pas) votre hotspot et d’user le net dans votre véhicule.

Photo provenant de clubic.com

Ford est déjà sur le coup en Europe, vous avez certainement dû voir passer la publicité avec la Fiesta et un jeune homme souhaitant conclure (non sans mal)… grâce au réseau Wi-Fi ! Caradisiac en parle ici. BMW utilise quant à lui une clé USB intitulée « BMW Car Hotspot LTE » où vous devrez insérer une nano-SIM pour le réseau mobile.

Peugeot proposera l’option « Wi-Fi On Board » sur les modèles plus récents, notamment le tout nouveau 5008, tout comme Citroën qui proposera (sous forme d’option à 500 €) cette fonctionnalité sur les prochains modèles de la marque. Je ne vais pas faire la liste de tous les constructeurs ayant décidé de faire le saut dans cette fonctionnalité, mais sachez qu’à terme, tous (ou presque) les constructeurs y passeront. LADA et TATA ne proposent pas cette option toutefois… Dommage…

Vous pouvez aussi passer par l’acquisition d’une clé spéciale à brancher dans votre véhicule (selon les modèles) pour rendre celui-ci « compatible » avec la mise en place d’un hotspot Wi-Fi. Il est possible de trouver de tels appareils partout dans le commerce mais aussi en ligne (attention aux contrefaçons).

Il s’agit donc d’un vrai réseau Wi-Fi de faible portée et souvent de fréquence 2,4 Ghz ; le matériel employé étant assez léger, il est évident qu’un nombre limité d’utilisateurs puissent se connecter. D’autres alternatives existent comme le matériel « Autobox » – Le principe est le même que pour les autres : une carte SIM pour récupérer la 4G et la propager en Wi-Fi.


Partage de connexion via mobile ou vrai hotspot proposé par le constructeur ?

Sauf quelques rares exceptions, il ne s’agit pas d’un réseau propagé par le constructeur par le biais de son propre réseau mobile. Ces constructeurs font le choix de mettre à disposition un hotspot Wi-Fi pour ces autos grâce à des partenariats avec des opérateurs télécom, notamment en Amérique du Nord – oui, nous petits européens, ce n’est pas la peine de compter sur ce genre d’options, nous n’en auront pas. Il y a notamment un opérateur américain (Vodafone) qui  fait partie des MVNO ayant la possibilité de proposer une option « Wi-Fi on board » dans quelques pays européens, selon les marques. Les autres opérateurs européens quant à eux sont plutôt encore frileux sur ce genre d’opération et proposent d’autre alternatives (vu plus haut).

En définitive, selon les accords conclus, la zone géographique où vous achetez et utilisez la voiture et les investissements effectués, vous bénéficierez principalement d’un matériel vous demandant de mettre en place une puce nano-SIM dans un endroit spécifique de la voiture pour pouvoir par la suite lancer le hotspot. Que ce soit sous forme d’une clé à brancher ou d’un boitier déjà intégrer dans votre voiture, vous devrez forcément avoir un abonnement pour ensuite pouvoir bénéficier du hotspot. Bien entendu, l’option hotspot dans le véhicule est facturée une fois à l’achat, il n’y a pas d’abonnement ou de coûts cachés (du moins, pas encore…).

Je ne sais pas par contre si certaines options permettent de partager la connexion d’un matériel mobile vers la voiture et que la voiture elle-même propage un hotspot… Une sorte de double partage de connexion en somme. Renseignements à prendre.


Bonne ou mauvaise idée ? Utile ou inutile (donc utile) ?

Grande question… est-ce vraiment utile d’avoir un hotspot Wi-Fi dans les automobiles d’aujourd’hui, sachant qu’il est facilement réalisable et pensable d’utiliser des Wi-Fi publics un peu partout… (en ayant conscience des risques engendrés et de la sécurité à mettre en oeuvre). A mon avis, ce n’est vraiment pas utile. Avec la démocratisation de la 4G un peu partout dans le monde, la quantité affolante des réseaux Wi-Fi publics, est-ce que c’est encore justifié de créer un hotspot dans son véhicule ? Honnêtement ? Non

Il s’agit à mon goût d’un gros coup marketing de la part des constructeurs automobiles pour dynamiser certaines de leurs ventes et pour proposer quelque chose de « nouveau »… Compte-tenu de l’air du temps, des habitudes et de la façon de vivre dans notre société actuellement. Les téléphones portables, les tablettes et les PC portables sont devenus de plus en plus connectés et bénéficient de l’internet déjà partout, alors pourquoi utiliser ce genre d’option facultative ?

Et puis, c’est quand même intéressant de pouvoir se déconnecter de temps à autre pour souffler et ne plus être inondé d’infos, non ? 🙂


Et la sécurité dans tout ça ?

Là, c’est une vaste question. Sachant que la majorité des véhicules actuelle tournent avec des logiciels codés en Java et sont bourrés de failles plus ou moins critiques (ouverture de portes juste en passant à côté avec un matériel adéquat, ou encore manipulation du véhicule à distance) ; la sécurité est encore en déficit profond sur les automobiles. Encore récemment, Tesla s’est vu une de ses voitures piratée à distance. BMW ont quant à eux déverrouillé un véhicule à distance (sur ordre du FBI) et ont pu tracer le véhicule partout grâce au système GPS embarqué (et aussi grâce à l’option d’alarme spéciale chez BMW).

Bien qu’un mot de passe existe pour la sécurité du réseau Wi-Fi, il s’agit à coup sûr d’une petite clé WEP ou WPA très facilement crackable pour peu qu’on s’en donne la peine. Ainsi, l’attaquant pourrait abuser de votre connexion internet, usurper votre identité et effectuer bien d’autres choses malicieuses. Alors certes oui il y a une première sécurité, mais de très faible qualité. Pas question ni de signe de VPN, proxy ou tout autre système de ce genre. Vu les attaques d’aujourd’hui et les possibilités de sécurisation possible, j’espère vraiment que ce type de matériel va très vite se mettre à jour et se conformer aux besoins de sécurités actuels.

Que vous soyez adeptes de la sécurité (ou pas), dans tous les cas, évitez ce genre d’appareils risquant de compromettre vos véhicule.
Je ne parle pas des ondes propagées à l’intérieur de la voiture – oui il y a des ondes… Et votre GPS ? Et votre micro-ondes ? Et la radio AM/FM ? Et la télévision par TNT ? Bref, voyez où je veux en venir.


Et vous, qu’en pensez-vous de ces options « hotspot Wi-Fi » dans vos voitures ?

4 Comments

  1. Si j’ai bien compris, on achète la carte Sim une fois pour toutes, et il n’y a pas d’abonnement à payer ?
    Si oui, alors c’est le seul avantage par rapport à un smartphone en partage de réseau.
    Si non, alors je ne vois pas bien l’intérêt…. à moins que je n’ai rien compris !

    1. Selon les systèmes, oui 🙂 Une carte SIM, la placer dans un endroit spécifique de la voiture ou un appareil spécial (dépend des marques et des modèles de constructeur) et c’est OK : seulement l’abonnement de la carte SIM à payer.
      Chez les US, c’est différent – des constructeurs « donnent » directement cet abonnement mensuel dans la voiture et permet donc de s’affranchir d’une carte SIM (opérateurs en partenariats)

      Le partage de réseau via le smartphone est déjà réalisable, vous pouvez déjà faire un « partage de connexion mobile » via un point Wi-Fi, qu’il soit de marque Apple ou Android 🙂 Donc… Oui, l’intérêt est vraiment limité et quelque peu compliqué à définir/délimiter…

  2. Hello Julien, je me permets de revenir sur plusieurs points.

    « Avec la démocratisation de la 4G un peu partout dans le monde, la quantité affolante des réseaux Wi-Fi publics, est-ce que c’est encore justifié de créer un hotspot dans son véhicule ? Honnêtement ? Non… »

    -Bah justement, ça prend tout son sens grâce à la démocratisation de la 4G. L’argument des hotspot publics n’est pas valable, tu vas pas le hotspot de ta voiture à l’arrêt, ça n’a pas de sens.

    Réfléchis aux applications pour les routières/familiales. Grâce au hotspot tu proposes une connectivité à internet pour tous les appareils de la voiture. Pratique pour le PC des enfants par exemple. C’est un cas comme un autre et le public visé représente un tout petit panel mais y’a forcément de la demande.
    Idem pour un VRP, qui peut par exemple garder son mobile connecté à internet sans sucrer sa batterie pour accrocher la data.
    Peu d’utilité certes, mais y’en a quand même une.

    « Bien qu’un mot de passe existe pour la sécurité du réseau Wi-Fi, il s’agit à coup sûr d’une petite clé WEP ou WPA très facilement crackable pour peu qu’on s’en donne la peine. Ainsi, l’attaquant pourrait abuser de votre connexion internet, usurper votre identité et effectuer bien d’autres choses malicieuses. Alors certes oui il y a une première sécurité, mais de très faible qualité. »

    Quelles différences avec un réseau domestique ? Toutes les box fonctionnent avec une clé WPA de nos jours. Le hotspot de la voiture ne sera pas moins sécurisé que ta box à la maison.

    « Pas question ni de signe de VPN, proxy ou tout autre système de ce genre. »

    Quel rapport ?

    Voilou 😀

    1. Salut Edouard, joli retour, Merci ! 🙂
      Je vais répondre à tes propos :
      1) Si réseaux 4/5G partout il y a, alors les hotspot Wi-Fi (souvent vérolés) n’ont plus lieux d’être, ça c’est sûr – tout comme les hotspot dans les autos ; le seul argument valable IMO, ce serait le fait de partager « via Wi-Fi » des documents entre utilisateurs de ce hotspot Wi-Fi… Et encore. Depuis fort longtemps, les téléphones peuvent se connecter à la voiture aussi bien en USB qu’en Bluetooth. Tu parles de mettre à disposition une connexion internet pour la voiture/les applis : ça oui, ok, mais autant exploiter pleinement le Bluetooth et augmenter ses capacités pour éviter d’ajouter une surcouche (hotspot Wi-Fi) 🙂

      2) C’est justement un point que j’ai soulevé, un peu de façon opaque : La sécurité est vraiment trop faible, et ce partout où nous allons. C’est critique !!

      3) Cette phrase revient sur le point de la sécurité : il n’y a aucune mesure de type proxy, VPN ou autre. C’est à l’utilisateur de prendre ses dispositions, or qui va réellement le faire ? =/

      J’espère avoir répondu à tes argument.
      Enjoy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close