[Debian 8] Installation du serveur de supervision « Shinken »

Shinken est un serveur de supervision libre et gratuit. Sa principale force réside dans sa modularité : il est possible d’y ajouter toute sorte de script pré-créés pour que vous puissiez superviser vos clients / serveurs comme vous en avez besoin.


I. Mise à jour et préparation de votre serveur Linux

La mise à jour des listes de dépôts / paquets est nécessaire pour obtenir les dernières versions des paquets.
Sans cette mise à jour préalable, vous ne pourrez pas installer convenablement le serveur.

Selon la fréquence de mise à jour de votre serveur, vous aurez plus ou moins un téléchargement important de MàJ à effectuer. Pour éviter de perdre du temps lors de l’installation de Shinken, je vous suggère d’installer les paquets suivants :

Tous ces paquets sont nécessaires à un moment donné de l’installation, c’est pour cette raison qu’il est préférable de les installer dès à présent.

Il est aussi nécessaire de créer un utilisateur et un groupe « shinken » pour permettre l’installation et l’utilisation de l’application ; Si vous n’avez pas cet utilisateur sur votre serveur, l’installation ne pourra pas s’effectuer. Le mot de passe n’a pas d’importance pour la suite de l’installation, mettez ce que vous voulez mais retenez quand même le mot de passe…


II. Récupération et installation des sources via Python-PIP (v 2.4.3 au 10/07/2017)

Shinken n’est pas une suite ou une distribution. C’est une suite de paquets à installer dans une distribution sous Linux, que ce soit Debian (notre cas), ou autres…
Le paquet est disponible sur le FTP du site officiel du paquet. La dernière en date à l’heure d’écriture est la version 2.4.3, au 11/02/2017.

Python-PIP va récupérer de lui-même les sources de Shinken pour préparer l’installation.

Depuis la version 1.0, Shinken fournit un script exécutable pour une installation propre, en gérant la création des utilisateurs et des dépendances. De plus, il est même possible d’installer des plugins & des extensions préconfigurés.

L’installation n’est pas totalement terminée ; il faut installer le module « webui » pour accéder à l’interface web, mais aussi la base de données qui stockera toutes les informations de la supervision.

Votre base de données va se peupler automatiquement, surtout lorsque Shinken va démarrer. Lorsque la base de données est installée, vous pouvez lancer l’installation de l’interface web (module webui) via cette commande :

L’initialisation de Shinken va alors être « invoquée » pour être effectuée – par la suite, toute l’interface web d’administration va être installée et configurée automatiquement. Pour aller plus loin notamment au niveau sécurité, un autre module va être installé. Le module « auth-cfg-password » est nécessaire pour autoriser la connexion sur l’interface web de votre serveur de supervision. Vous pourrez ajouter par la suite de nouveaux utilisateurs avec des privilèges spécifiques.

Les modules complémentaires sont installés, il faut maintenant les configurer.
Vous devez éditer le fichier « /etc/shinken/modules/webui.cfg » pour ajouter les modules dans le composant –  vers le milieu du fichier de configuration, il faut ajouter « modules auth-cfg-password,mongodb« . C’est grâce à ces modules que vous pourrez lancer l’interface web, l’exploiter et corréler vos informations.

Il faut aussi modifier le fichier « /etc/shinken/brokers/broker-master.cfg » pour que le « Broker » puisse activer le module « webui » dans la configuration du serveur de supervision.
Tout comme l’autre fichier, vous devez ajouter « modules webui » dans la configuration de ce fichier précédemment cité.

Un autre point critique à configurer concerne les modules de supervision ; Par défaut, aucun module est activé pour superviser vos clients – Vous avez plusieurs possibilités entre le SNMP, le NRPE ou encore le SSH.
Pour superviser le serveur de supervision, il vous faut installer les modules « linux-ssh » et « linux-snmp« .

De part ces deux commandes, votre Shinken est maintenant prêt à superviser les machines Linux via SSH ou SNMP.


III. Lancement du serveur

Après l’installation de Shinken et la configuartion des modules complémentaires, il est maintenant possible de lancer une première fois le serveur et voir si tout se déroule correctement – Vous avez deux façons de le faire :

  • soit le service en entier en une fois :
  • soit chaque composants un par un :

Quand les fichiers « nagios.cfg » et « shinken-specific.cfg » sont modifiés, il n’est pas nécessaire de redémarrer tout le serveur Shinken en entier. En effet, le processus qui lit les fichiers de configuration est « shinken-arbiter » : le redémarrer permet de recharger les fichiers de configuration et ainsi, de mettre à jour les ordres pour les autres processus du système Shinken. (/etc/init.d/shinken-arbiter restart)


IV. Accès à l’interface de supervision

Shinken, depuis sa version 0.8.1, fournit une interface web dynamique pour observer le parc informatique suivant les hosts configurés, les services supervisés etc… Par défaut, les identifiants permettant l’accès à l’interface sont « admin » en utilisateur, et « admin » en mot de passe. Ce compte peut être modifié dans le fichier « contacts.cfg ».

L’adresse pour se connecter sur l’interface peut prendre l’IP de la machine serveur, le nom FQDN, ou tout simplement localhost pour effectuer les tests sur la machine elle-même (mon cas présent, avec les machines virtuelles).

Le port (7767) est attribué par Shinken dans sa configuration de base. Il est possible de modifier ce port dans le fichier « /etc/shinken/shinken-specific.cfg ».

Si l’installation s’est correctement déroulée, vous devriez avoir cette interface :

En entrant le couple « admin » – « admin » (Login / Mot de passe par défaut, modifiable dans « /etc/shinken/contacts/admin.cfg« ), vous accéderez à l’interface principale de Shinken :


V. Installation des plugins de supervision de base

Votre serveur de supervision étant maintenant lancé et fonctionnel, il faut toutefois y installer des plugins complémentaires pour permettre la supervision « de base » de vos serveurs / clients.
Il faut lancer dans l’ordre ces commandes :

En bref la ligne de commande ci-dessus configure les « nagios-plugins » avec les paramètres pour être fonctionnel avec Shinken. Enfin, l’installation (plutôt la compilation) est faite avec le « make install ».

La version de ces plugins peut changer – pour vérifier les nouvelles versions, vous devez vous rendre à cette adresse (https://www.monitoring-plugins.org/download/) et prendre la dernière version en .tar.gz.

Tous les scripts se situeront dans « /usr/lib/nagios/plugins« .


VI. Infos diverses

1. Fichiers de configuration du paquet :

Le dossier « /etc/shinken » est le dossier créé par défaut lors de l’installation de Shinken.
A l’intérieur se trouvent les fichiers de configuration du serveur en lui-même, mais aussi les commandes disponibles et les fichiers concernant les composants de Shinken (Arbiter, scheduler, poller, reactionner et broker) – Il s’agit d’une nouveauté de la version 2.0 de Shinken.

2. Fichiers de configuration des hosts, groups et autres :

Il est possible de changer ce dossier : les fichiers de configuration des hosts, groupes, services et autres peuvent avoir leur propre dossier respectif.
Il faudra cependant faire les bonnes redirections dans le fichier de configuration de Shinken (/usr/local /shinken/etc/nagios.cfg).

3. Fichiers de logs :

Il existe différent fichiers de logs où sont répertoriés les divers évènements des composants de Shinken, mais aussi les erreurs / bugs possibles de la supervision.

  • Nagios.log est le fichier de logs principal. Le plus important du fonctionnement de Shinken est écrit dedans.
  • Arbiterd.log est le fichier de logs concernant le démon « arbiterd » et seulement le démon et est répertorié les événements produits ou qui ont affectés se dernier.

4. Fichiers binaires et variables de Shinken :

Ces deux dossiers contiennent tous les fichiers nécessaires au bon fonctionnement de Shinken. Ces fichiers sont créés et exploités par Shinken.
Il n’y a pas besoin de faire de quelconque manipulation dessus, au risque de planter le système / serveur.

Le serveur est maintenant prêt à l’emploi !

Source

Julien H

Passionné depuis toujours par l'informatique, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian et Archlinux. L'infosec m'ouvre les yeux sur les enjeux actuels et futurs de l'IT.

13 Comments

  1. Merci pour l’article mais pourrais tu faire un article pour installer un vps sous debian 8 avec nginx ispconfig3 d’avance merci si tu peux

    1. Ce n’est pas le but de cet article – N’ayant pas de VPS (ou pas encore), c’est une idée de tutoriel à envisager ; Je regarderai de mon côté. N’oublie pas de t’abonner au site si tu souhaites avoir les articles en avant-première – tu seras en plus informé si je fais cet article sur le VPS / Debian 😉

  2. je pense qu’il doit y avoir des soucis dans ton tuto, plus precisement dans les divers. je pense que usr/local/shinken n’existe plus a partir de shinken 2

    1. Merci pour la remontée !
      J’ai corrigé les erreurs – En effet, le dossier « /usr/local/Shinken » n’est plu, tout a été recentré dans le dossier « /etc/shinken ».

  3. Bonjour, tout d’abord merci pour ce tuto vraiment très bien réalisé et expliqué. Pourrais-tu me dire comment on peut lier un hôte au superviseur afin de vérifier son état depuis l’interface web ? 🙂

    1. Bonjour Romain, merci pour les compliments ! 🙂
      Les articles pour superviser un hôte Windows ou Linux sont… dans mes brouillons ! Oui, je n’ai pas été très productif vis-à-vis de la suite d’article pour Shinken… Et ce n’est pas bien ! Je vais faire mon maximum pour sortir ces articles dès la semaine prochaine !
      😉

    1. Bonjour Boibary,
      Non, Shinken est toujours vivant 🙂 Le développement se poursuit toujours – il semble être un peu plus « lent » qu’auparavant, notamment parce que la version est toujours la même mais il est bel et bien toujours actif. Pour suivre le développement, il faut voir le github du projet à cette adresse : https://github.com/naparuba/shinken/

      1. Bonjour, shinken est mort ? Je ne vois que le module webgui 2 qui a encore des mis à jour. 182 bugs ne bougent pas d’un poil depuis des mois.

          1. J’ai bien vu que le shinken opensource est au point mort. On dirait qu’il n’est plus du tout open source car le côté shinken entreprise développe pas mal. Bref, un beau projet opensource qui est laissé à l’abandon.

          2. Le projet est toujours d’actualité d’après Naparuba et quelques uns des mainteneurs – Shinken Enterprise est cependant (pour le moment) plus mis à jour, compte-tenu des contrats qui sont derrières avec les clients 😉 Attendons la suite !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close