L’IT et l’écologie, c’est comme 0+0…

Et ça fait 0 – ZÉRO !!! Néant, nada, vide !

Je préfère annoncer la couleur tout de suite, cet article est cru, franc et sec. Attention aux âmes sensibles…

Comme notre chère élite et autres experts du domaine informatique dans les rangs du gouvernement français nous pond encore des études à n’en lire qu’une page sur quatre sur les 15 987 pages proposées, j’ai décidé de donner mon avis sur une étude récente : l’informatique et l’écologie – Plus précisément les e-mails et l’écologie.


Dans mes lectures quotidiennes et ma veille techno’, j’ai lu un tweet de @Xhark – Blogmotion.fr – qui m’a profondément interpellé et… énervé :


Pour résumer rapidement le fond de l’article de Next INpact (source), le gouvernement français impose à ses agents (TOUS ses agents) de réduire drastiquement le nombre d’e-mails envoyés avec ou sans pièce jointe pour la raison suivante : L’envoi d’e-mails pollue et « produit » trop de CO2 !!

Non, vous n’êtes pas sur le Gorafi…

Et on va se le dire tout de suite :

Les e-mails ne polluent pas.


[blockquote cite= »ADME » type= »left »]L’envoi d’un courriel avec une pièce jointe de 1 Mo consomme 7,5 g équivalent de fer, soit le poids d’une pièce de 1€.[/blockquote]

Sérieusement, où va-t-on chercher ce genre d’aberration… ?!

  • Un e-mail ne produit pas de CO2 – Le virtuel ne crée pas du CO2.
  • Le système de messagerie ne produit pas non plus du CO2, logique puisqu’il est lui aussi virtuel.
  • Le serveur de messagerie lui produit du CO2… de façon très très très infime !! Il n’y a vraiment AUCUNE raison valable de s’alarmer et faire paniquer Madame Michu… !

De plus, avec les serveurs et les composants actuels, la tendance est à l’économie d’énergie ! Les processeurs ont vus leurs TDP baisser drastiquement ! Je ne parle pas de la virtualisation des serveurs qui permet aujourd’hui de réduire de façon très significative le nombre de serveur en activité…


Les e-mails sont devenus très (trop ?) importants

Aujourd’hui, dans n’importe quel SI, les e-mails font parti intégrante (qui a dit – des meubles ?) d’une entreprise : la communication interne ET externe se fait le plus fréquemment via e-mail. Ce moyen de communication est rapide et direct, bien plus simple que d’envoyer une lettre postale…
Grâce aux e-mails, une traçabilité est possible. De plus, vous pouvez envoyer des documents à l’autre bout de la planète en quelques minutes par de simples clics !

Il est inconcevable aujourd’hui pour de nombreuses entreprises de se passer des e-mails ne serait-ce pour une demi-journée – Si le système de messagerie venait à être en panne, je peux vous assurer qu’un appel dans les deux minutes qui suivent le problème pour vous faire interpeller (donc trouver une solution).
Des documents de travail transitent en permanence via e-mails au quotidien… Donc les théories du « Zero-E-mail » sont pour la plupart caduques… !

Je stoppe tout de suite les personnes qui soutiennent le fait suivant : « Les e-mails nuisent à la communication en interne dans les entreprises » – NON ! Si vos collaborateurs ne sont pas assez intelligents pour ne plus se parler en face-à-face dans l’open-space, posez-vous les bonnes questions ! Mais sachez que ce n’est pas à cause des e-mails !!!

Oh et puis pour rappel, l’État n’est-il pas en pleine « mutation » de son système informatique vis-à-vis des impôts et autres services publics ? N’avons-nous pas entendu il y a quelques temps que les systèmes informatique des services publics allaient (enfin !) se moderniser pour cesser petit-à-petit le papier et baser leurs SI sur les e-mails et le (pseudo) mode « online » (pour ne pas dire Cloud) ?

Faites ce que je dis, pas ce que je fais.


Poussons le vice (très) loin

Puisque les e-mails polluent (lol) la planète, il faut donc trouver une parade voire une solution… – Ou pas.


Prenons l’exemple de la lettre postale que nous avons cité plus haut ; Une lettre en tant que telle, c’est du papier – Le papier, pour le produire, il faut détruire des arbres et donc tout un éco-système naturel déjà en péril…
N’oublions pas l’encre pour pouvoir écrire sur cette lettre ! Entre les pigments et les pieuvres, dans tous les cas, il y a pollution et destruction.

Notre lettre est saisie, il faut maintenant l’envoyée pardi ! Mais avant, il lui faut forcément un timbre – De la colle et encore de l’encre.
Lors de l’envoi et de l’acheminement, il y a donc des transports de mis en place – camions de fret, camionnettes et autres – tous ces engins polluent énormément, puisqu’ils roulent tous au Diesel… Oh mince, ça pollue tellement ! Bonjour les quotas de CO2 et autres rejets de substances nocives !

Lorsque la lettre est arrivée chez La Poste, il faut ensuite la livrer au destinataire, donc un nouveau transport mis en œuvre pour l’acheminement… Et finalement, la lettre arrive enfin !!

Vous l’aurez compris, une lettre envoyée via La Poste est bien plus « polluante » qu’un pauvre e-mail composé de bits… Qui a dit – c’est le gouvernement qui est rempli de bits ?!


Mais au fait, les e-mails, ça transite via Internet – Donc si les e-mails polluent,
Internet pollue énormément !!
CQFD.


Moralité de l’histoire (de cons)

Arrêtons de prendre les utilisateurs des TIC pour des cons.
L’informatique actuelle ne peut pas être qualifiée de polluante.

Je refuse cette idée. Nos technologies de communication actuelle ne sont pas polluantes.

Nous entendons souvent parler du « Green IT » – Merci le marketing et l’effet de mode ! Je ne crie pas au scandale ni au complot, loin de là, mais prendre un sujet d’actualité (l’écologie / l’économie) pour faire du forcing dans un domaine où il n’y a pas d’intérêt critique (pour l’utilisateur comme le constructeur)… C’est une chose que je ne supporte pas et que je refuse d’admettre catégoriquement.

Les e-mails ne polluent pas.


Annexe

Vous avez envie de rire encore plus, et plus fort ? Je vous suggère de pouffer de rire lire ce document « officiel » à cette adresse.

Julien H

Passionné depuis toujours par l'informatique, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian et Archlinux. L'infosec m'ouvre les yeux sur les enjeux actuels et futurs de l'IT.

6 commentaires

  1. Bon bon bon, tout est visiblement parti de mon tweet… alors je me dois de m’exprimer.

    Il ne faut pas confondre les tailles de système, il y a le PC portable de madame michu qui consomme 30W quand elle surf, et les millions de serveurs derrière qui délivrent le service, on parle de datacentre, de YouTube, de Google, de Netflix, de ce que vous voulez.

    La plupart du temps le PC de madame michu ne fait rien, 95% de son temps il attends, le CPU réalise des opération de routine, histoire de passer le temps pendant qu’elle lit le dernier article sur son site presse people. Ben oui, parce que les torrents c’est réservé à ceux qui en rigolent, elle, elle flippe de voir débarquer la police hadopi avec tous les flash braqués sur sa porte d’entrée. Si si, elle a une copine qui lui a raconté que sa copine avait son petit fils était allé sur des sites PIRATES !

    En revanche, les serveurs de Google, eux bossent à plein régime. Ils sont d’ailleurs extrèmement optimisés car tout ça coûte une blinde en électricité, matériel et bande passante. Tout est contrôlé, chiffré. Par contre, si l’on multiplie la conso « inutile » du laptop de madame michu à l’échelle des français (ou de la planète), ça en fait du monde, et de l’énergie.

    Le web est un réseau en maillé, alors oui il faut des équipements pour faire transiter les emails, mais ce transit email est MINIME par rapport à l’affichage d’une page web, de facebook et ses multiples photos, et je ne parle même pas de YouTube ou des box qui consomment de l’IPTV à gogo.

    Oui, le mail consomme de l’énergie, puisque sans énergie aucune machine ne fonctionne. Mais de là à transformer ça en vitrine, c’est tout à fait symptomatique de notre société : faire des focus en disant « ah ça c’est pas bien ».

    De nombreuses entreprises font appel à la virtualisation, c’est pas VMware qui va s’en plaindre, m’enfin c’est déjà carrément plus green que des serveurs bare métal mal dimensionnés est sous-chargés. Eux oui, ils consomment.

    A l’échelle mondiale, combien consomme la publicité ? parce que là si tu veux compter les hits, tu peux y aller, ça va dépoter. Si 10% de la population installe AdBlock, l’économie en énergie doit être justre monstrueuse ! En tout cas imcomparable au traffic mail. Sachant que la plupart des (grosses) sociétés ont leur serveurs mails en interne et que tout ça transite sur le LAN (ou le MAN), qui parle d’internet ?

    Cela pose problème que des serveurs tournent pour relayer du mails, mais tout le monde se fou des serveurs qui traitent les SMS, MMS, appels téléphoniques ? On pourrait aussi parler des vitrines de pub inutiles et éclairées la nuit, alors que tout le monde s’en fou.

    La première chose à faire est de vous séparer de votre TV (ou de l’éteindre) et d’aller chercher l’information, au lieu de la laisser venir à vous. Croisez vos sources, confirmez ce que vous lisez. Vous ne devez pas être passif dans l’histoire, sinon vous vous satisferez de conneries dans le genre, relayées à la hâte par la presse.

    Nous sommes dans une société de consommation, la moindre des choses c’est de réfléchir, à défaut de trop consommer.

    Ce serait dommage d’avoir un commentaire plus long que le billet, alors je m’arrête là 🙂

  2. Objection votre honneur!

    L’informatique pollue effectivement, certes beaucoup beaucoup moins que les moyens de communications du moyen age (je te passe les calculs de conso en fourrage d’un cheval par rapport au kilos de crottin produit, énorme!)

    Comme le dit xhark (dont je n’ai lu que les premières lignes faute de temps, désoler) le PC de madame michu c’est nada. Par contre un data-center sa consomme, alim des serveurs, ventilation, etc… d’ailleurs c’est pour sa qu’on part les construire dans les pays nordiques ou la ou il fais froid et ou on peut utiliser le free-cooling, sa réduit la facture, la conso et tout.

    Après il n’y a pas que les data-center, pour faire marcher internet il faut un réseau, et pour supporter le réseau il faut des palanqués de routeurs partout, du gros routeur, qui consomme dur. Et comme sa chauffe également se bordel on les met dans des salles ventilés et tout.

    Bon par contre pour le coup c’est mail c’est du bull-shit, le porn génère 200 fois plus de trafic et donc de chaleur a dissiper (tout le monde garde ses idées en place svp).

    Tien si tu veux un peut de doc sur se qui peut se faire en matière de data-center green (non pas du tout corpo ^^)
    http://www.journaldunet.com/solutions/cloud-computing/datacenter-normandie-d-orange/

  3. Malheureusement, l’informatique EST polluante encore actuellement, la production des composants, l’extraction des matières premières, ne sont pas exempts de tout défaut.

    Par contre, demander d’arrêter de transmettre du mail, à l’heure de la « numérisation de l’État », sous prétexte de réduction du CO2 produit est une aberration. Une meilleure réflexion est possible, et on en a un signe avec la recommandation d’éteindre les postes de travail en fin de journée. Aussi saugrenu que ça puisse paraître, supprimer les  » économiseurs d’écran « , véritables gouffres à électricité inutilement consommée, serait déjà plus prolifique et réalistes.

    Je suis surtout surpris par les chiffres avancés (1 mail = 19g de CO2). Comment est-ce seulement possible ? Soit le calcul prend en compte l’intégralité des machines, jusqu’au poste client du destinataire (certainement un pentium 4 Prescott vu les valeurs trouvées),soit y’a une virgule manquante. Même en partant du principe du nucléaire dominant, qui est particulièrement propre d’un point de vue CO2, c’est incohérent. À moins de considérer une consommation en pointe alors que ce n’est pas le cas en pratique, et ce pour tous les  » acteurs »d’un mail. Une erreur grotesque, mais nos gouvernements n’en sont plus à une débilité près…

  4. « Si 10% de la population installe AdBlock, l’économie en énergie doit être juste monstrueuse »

    J’ai lu tout l’article et ton commentaire, mais je ne comprend absolument pas cette phrase. En quoi l’ajout d’Adblock fait faire des économies en en quoi que ce soit ? Depuis quand l’affichage d’une bannière de 100px sur 50 fait faire des économies en rejet de Co2 ?? C’est moi qui ai mal compris ou c’est ironique ?

    1. Non, ce n’est pas ironique. Essaies de surfer une journée avec AdBlock, et une journée sans. Tu verras que la bande passante va sensiblement être différente, mais surtout tu ne sollicites pas de serveurs à travers toute la planète. Ces serveurs consomment de l’énergie, pour quelque chose de bien moins important qu’un simple email. Et l’on sait que la publicité doit être délivrée très rapidement, donc avec des machines conséquentes, cela ne doit jamais ralentir l’affichage d’un site web.

      Avec la publicité vient les systèmes de tracking, pour suivre ta navigation, les conversions, etc. Et là c’est encore une fois très coûteux en terme de ressource.

      Je ne dis pas que la publicité doit être supprimée, c’est un modèle économique qui convient à certains, je dis simplement que tout mettre sur le dos du mail pour faire des économie est… une abérration pour reprendre le terme. On aurait pu aussi évoquer le trading haute fréquence, loin d’être green pour tenter de grapiller quelques millisecondes 🙂

  5. « L’informatique actuelle est polluante dans les très gros DataCenter » – Et encore, les serveurs sont remplacés petits-à-petits et permettent ainsi de réduire consommation / pollution. De plus, la virtualisation met en oeuvre des serveurs plus « gros », plus puissants, mais permettent de réduire le nombre de serveur en « circulation » – C’est quand même moins énergivore d’avoir un serveur de virtualisation qu’une petite ferme de 10 serveurs non ?
    Je pense sincèrement que les DataCenters sont moins polluants que certaines usines et autres industries qui elles n’ont aucun scrupules à polluer à bloc… Je n’ai pas d’exemple à donner, mais ça doit se trouver facilement…

    Il y a toujours de la pollution partout même dans le domaine informatique, soit, je voulais mettre un point d’honneur sur ce torchon sorti par un organisme du gouvernement à propos des e-mails et du rejet de CO2.

    De plus, je suis d’accord pour les habitudes à revoir – couper ses écrans la nuit, éviter les mises en veille inutiles etc… Ce que je fais déjà, et je me bats aussi pour défendre ces actes – mes collègues au boulot peuvent témoigner… Je suis un vrai chieur ! 😛

    @Mickaël – Si on suit l’idée de Xhark (attention je ne prends pas position =P), la publicité génère du traffic bien plus important qu’un e-mail à cause des opérations qui sont effectuées. Les pubs représentent des accès permanents (sans compter les cookies/fingerprinting et autres méthodes pour nous tracker) pour récolter des informations glanées un peu partout – Juste pour le « plaisir » de remplir des bases de données qui seront ensuite exploitées [blabla] on connait déjà la suite.
    « C’est pas simple cette histoire » (c) BTS IG2 Promo NDLP… Tu vois de qui je parle 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer