Stadia – le streaming de jeux vidéo made in Google

Les plateformes de « cloud gaming » on le vent en poupe en ce moment… Google ne fait pas exception, l’éditeur propose désormais son système.

Shadow, le service de cloud gaming français avant Google

Le jeu dans le nuage n’est pas une idée nouvelle. La société « Blade » a produit il y a maintenant plus d’un an ce concept à portée de tous nommé « Shadow« : via un petit PC / boitier connecté, vous pourrez accéder via votre compte Shadow à un PC virtuel sur des serveurs « dans le cloud », où vous pourrez installer vos jeux et y jouer. Dans l’idée, c’est intéressant puisque vous n’avez pas besoin d’avoir une machine de guerre pour pouvoir jouer ! Moyennant un abonnement d’une trentaine d’euros par mois, vous bénéficierez d’un PC virtuel dont les caractéristiques sont les suivantes : CPU virtuel à base d’Intel Xeon, 12 Go de RAM, 256 Gb d’espace disque et une carte graphique virtuelle à base de Quadro pour être équivalente à une GTX1080. Le système d’exploitation installé par défaut est un Windows 10.

Ce type de service n’est pas sans rappeler les « cloud » plutôt typé serveur, avec une évolution possible de la machine en fonction des besoins.


Et Google dans tout ça ?

La partie qui nous intéresse surtout est ici – Google se met à jouer ; Pour asseoir encore plus sa position sur le marché, le géant Américain a donc décidé d’exploiter encore plus son offre Google Cloud pour le grand public. La plateforme Stadia est similaire à Shadow à quelque points près : pas besoin d’avoir une machine spécialement dédiée pour jouer, prenez votre PC actuel, lancez l’application et jouez !

La petite révolution par rapport aux autres offres, c’est la possibilité de lancer Stadia depuis Google Chrome directement. A l’inverse de Shadow qui nécessite une machine spécifiquement conçue pour, avec Stadia vous n’aurez besoin que d’un navigateur ou d’un appareil Android.

De base, vous jouerez donc sur votre machine avec les ressources distantes fournies par Google. Pour jouer sur votre télévision, munissez-vous d’un Chromecast et le tour est joué.
Selon les annonces, il sera à terme possible d’exploiter directement une application dans votre TV connectée pour jouer dessus sans passer par un Chromecast.

Informations complémentaires


Encore peu d’informations sont parvenues sur l’offre future de Google – quel sera le matériel, le coût et l’abonnement, le catalogue mis à disposition… Est-ce comme un Shadow où vous avez l’accès complet à la machine virtuelle ou est-ce une appliance/application à la Citrix ? Affaire à suivre.

En fouinant un peu sur le stadia.dev, quelques informations parviennent : la matériel est en partie « homemade » et personnalisé par Google ; ainsi, le développeur disposera d’un CPU à 2.7 GHz (hyperthreaded x86 –
9.5 MB L2+L3 cache) avec les jeux d’instruction AVX2 SIMD, une carte graphique AMD GPU avec de la mémoire HBM2 et 56 unités de calcul (capacité d’environ 10.7 teraflops), 16 Gb de RAM et un stockage « cloud » full SSD. Côté logiciel, une base Debian sera installée et un SDK fourni.

Vous l’aurez compris, une connexion haut débit est nécessaire pour accéder et exploiter le service – tout comme pour Shadow -. Il est donc préférable d’avoir la fibre ou à défaut du VDSL2.
Curieusement, Microsoft et Apple ne se sont pas encore mis à ce type de service, malgré leurs capacités de calcul…

Source
Google StadiaStadia DEV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer