[Windows Server 2016] Créer une tâche de déploiement d’un OS et logiciels (MDT)

Lorsque vous avez terminé l’ajout de logiciels et de drivers dans votre MDT, vous devez créer la séquence des tâches que le MDT doit effectuer pour le déploiement.

Vous ne pouvez pas encore lancer le déploiement via le MDT puisque vous devez avant créer la « Task Sequence » de déploiement. Il s’agit de la liste des étapes à effectuer lors du déploiement automatisé. Le MDT saura ainsi quoi faire sur le / les PC à déployer et dans quel ordre faut-il le faire.


Faites un clic droit sur le dossier « Task Sequence » de l’arborescence de votre Deployement Share, puis cliquez sur « New Task Sequence« . Un assistant va s’ouvrir pour vous faciliter la création.

L’option « Task sequence ID » représente le numéro des tâches à effectuer par le MDT. En effet, si vous avez plusieurs Task Sequence dans votre MDT, la première Task Sequence exécutée sera la numéro 1 et ainsi de suite.
Vous devez aussi donner un nom à cette Task Sequence. Préférez utiliser un nom différent de ceux utilisés dans votre serveur WDS pour éviter des confusions / erreurs.

La prochaine étape est importante – Il s’agit de la sélection du modèle de Task Sequence à mettre en place.
Puisque nous souhaitons (dans cet exemple) déployer un système d’exploitation et par la suite effectuer des installations de logiciel, vous devez sélectionner l’option « Standard Client Task Sequence« .

Il existe d’autres modèles de Task Sequence, notamment pour « syspreper » et capturer un système via le MDT, déployer uniquement des logiciels sur un système déjà installé / configuré  – De prochains articles seront saisis pour étudier les autres possibilités.

Vous devez ensuite choisir l’image du système d’exploitation à déployer – Une liste des OS disponibles via le MDT vous sera affichée :

Dans l’exemple ci-dessus, les images présentes dans le MDT ont été importé du serveur WDS (tutoriel à cette adresse). Cette liste peut donc être différente selon les usages.

L’étape suivante concerne la clé de produit Windows.
Vous pouvez saisir une clé MAK, entrer une clé d’activation unique ou ne pas en saisir du tout.

La suite de l’assistant permet d’entrer quelques paramètres concernant le système d’exploitation déployé.

  • Full Name : Correspond au nom complet de l’utilisateur du système déployé
  • Organization : Correspond au nom affiché dans les propriétés système du PC (modifiable par la suite si besoin est)
  • Internet Explorer Home Page : Correspond à la page d’accueil par défaut du navigateur Internet Explorer.

Nouveau paramètre à modifier, le mot de passe du compte Administrateur local du PC.
Vous pouvez choisir si oui ou non vous souhaitez créer ce mot de passe, ou l’ajouter plus tard – Option à cocher.


La première partie du Task Sequence est créée, un résumé rapide va alors s’afficher :

Naturellement, ces données sur l’image changeront en fonction de votre Task Sequence.
Sachez qu’il est possible de modifier ce Task Sequence plus tard, pour ajouter / modifier / supprimer des informations.

Vous pouvez aussi créer de vous même votre propre template en créant un fichier .xml – Attention à la casse, la moindre erreur bloquera entièrement le déploiement…


La Task Sequence étant créée, vous devez maintenant créer l’image de boot MDT que vos PC à déployer utiliseront.

Dirigez-vous sur votre Deployement Share (le nom de votre D-S), puis faites un clic droit dessus, et enfin sur « Update Deployement Share« .

Cette étape est nécessaire pour pouvoir créer le disque de démarrage du MDT.

L’assistant de création va alors s’ouvrir, vous proposant soit de créer un fichier de boot optimisé ou alors de créer de zéro un nouveau fichier de démarrage – C’est cette option qu’il faut privilégier.

Cliquez sur l’option « Completely regenerate the boot images » pour être sûr d’avoir une nouvelle image de démarrage « propre » en fonction de vos modifications dans le MDT.

La procédure de création va alors se lancer et générer le / les fichiers de démarrage nécessaires.
Par défaut, un fichier de démarrage en 32 bits sera créé en premier et le fichier de démarrage en 64 bits sera créé par la suite. Il est possible de bloquer la création du fichier de démarrage en 32 bits ou en 64 bits dans les propriétés de votre Deployement Share.

La création des images peut être longue – c’est normal, pas d’inquiétudes. Lorsque tout est créé, vous devez maintenant ajouter l’image de démarrage dans le serveur WDS pour pouvoir démarrer le PC sur le MDT.

Julien H

Passionné depuis toujours par l'informatique, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian et Archlinux. L'infosec m'ouvre les yeux sur les enjeux actuels et futurs de l'IT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer