Test du Logitech G27

Le Logitech G27 est un ensemble volant + pédalier et boîte de vitesse en H pour PC et Xbox 360. Prenez-vous pour un pilote de course avec ce matériel !


L’avènement avant l’achat

Depuis plusieurs années, j’attendais et je repoussait le fait de m’offrir un ensemble volant/pédalier/boîte de vitesses pour PC. J’avais eu il y a fort longtemps un Microsoft SideWinder Force, que j’avais réussi à abîmer par usure… ! Depuis ce temps. Les simulations ont évolué et sont devenues vraiment pertinente, surtout avec ce genre de matériel.


Présentation

Mais revenons à ce Logitech G27. Comme dit précédemment, il s’agit d’un volant en cuir dans une base plastique, un pédalier assez lourd en plastique « dur » et avec des pédales métalliques puis une boîte de vitesses (6 vitesses) dans un boîtier plastique assez « léger ». Le volant bénéficie d’un retour de force très agréable à utiliser et donnant un réalisme saisissant.

Premiers abords à découvrir, le volant ! Le formfactor est de manière générale assez petit, à titre de comparaison la taille du volant est la même que les volants de Peugeot 208. Gainé de cuir et de par sa taille, le volant est très agréable au toucher et se prend très bien en main.

6 boutons sont disposés en façade sur les côtés du volant et 2 palettes à l’arrière. Tout ces boutons sont accessibles facilement sans être gênants. Pareil pour les palettes, facile d’accès et ces dernières suivent le volant – elles ne sont pas fixés sur la colonne de direction comme une Citroën C4 par exemple. Les palettes sont métalliques, le bouton poussoir pour les actionner semble toutefois un peu fragile si vous appuyez trop fort – après moult tests « intensifs », RAS.

Enfin, dernier détail, l’affichage numérique du compte tours – de petites led s’affichent en fonction de votre accélération et des tours par minute du moteur… comme les autos de course ! Un détail qui a son importance, vraiment !

Le pédalier, bien qu’il soit en plastique est robuste et aspire à la confiance. De base assez lourd, il ne bouge pas beaucoup une fois placé à vos pieds. Les pédales sont métalliques et les axes sont en plastique rigide. Compte tenu de la force qui sera exercée sur les pédales, tout a été prévu en conséquence. Il n’y a que très peu de cas recensé de casse matérielle. Sous le pédalier, il existe un tout petit système d’accroche au sol pour ceux ayant de la moquette. Les emplacements pour fixer le pédalier dans un système de type « Playseat » sont aussi disponibles.

Il faut mettre plus de force dans les pédales d’embrayage et de frein – la pédale d’accélération est plus souple quant à la force à mettre. Même après utilisation intensive, le pédalier ne fait pas de bruit et n’a rien perdu de sa robustesse !

Le pédalier comporte une pédale pour l’embrayage – c’est là que prend tout le sens de la boîte de vitesse en H ! Boîte 6 vitesses avec marche arrière, cette dernière est assez compacte et se place proche du volant. Beaucoup de plastiques assez fins, la boîte fait vraiment jouet comparée à la qualité des autres périphériques. Ça n’empêche toutefois en rien la qualité du composant. Bien que celle-ci se fait quelque fois martyriser lors des changements de rapport, les plastiques ne bougent pas.

L’étagement des vitesses est court, ce qui est plutôt intéressant pour pouvoir faire des changements de rapport rapides. Il n’y a pas de cran de sûreté de la vitesse (comme les boîtes Porsche), ce qui n’est pas spécialement gênant et utile en soi pour de la simulation à l’échelle humaine – entendez par ici, abordable par quiconque.

La boite de vitesse embarque elle aussi des boutons complémentaires et un mini stick analogique – tout est programmable. Un peu plus difficile d’accès puisqu’ils sont plus éloignés que les boutons du volant, ils ne sont pas de trop. Pensez à les utiliser !

Le pédalier et la boîte de vitesses se branchent directement via un port propriétaire série vers le volant (sous le volant, deux sorties distinctes). Le volant quant à lui se branche en USB vers votre PC ou votre console et doit être alimenté via son alimentation 24V.
Un système de rangement de câble est mis en place, pour qu’ils puissent être enroulés en dessus et ne pas prendre de place. De plus, de petites fentes permettent aux câbles de s’échapper du dessous du volant sans être écrasés – malin et fortement utile !


Ressenti après plusieurs semaines d’utilisation

Toujours un sacré pied que de pouvoir se prendre pour un pilote dans les jeux de courses auto ! J’ai passé la majorité de mon temps avec le G27 sur Project Cars 2, sur tout type d’automobile. Que ce soit les LMP1 du Mans ou les vieilles barquettes Lotus des années 70, le volant est exploitable dans son intégralité. On se prend même au jeu de tester les voitures civiles dans ce type de jeu et de faire « comme en vrai », à savoir rouler doucement et le plus strictement possible – je vous l’accorde, ça ne dure pas longtemps…

Le fait de pouvoir alterner entre boîte manuelle ou séquentielle (via les palettes) selon l’auto est très immersif. Il ne manque que les vibrations et les « coups dans les reins » lors du changement de rapport ! Grâce à la pédale d’embrayage, les autos disposant uniquement de boîte automatique séquentielle peuvent devenir des autos à boîte manuelle ! Assez déroutant mais toujours rigolo et intuitif à exploiter !
Attention à bien passer les vitesses et respecter le jeu d’embrayage, sans quoi vous risquez d’avoir des problèmes mécanique… Dans le jeu. Ici, pas de risque de casser la boîte physiquement à cause d’un mauvais changement de rapport !

Le pédalier nécessite quant à lui un léger apprentissage, notamment vis-à-vis de la force à placer sur les pédales. Il faut réussir à trouver le bon dosage pour ne pas se faire « pousser » de sa chaise tout en injectant la puissance nécessaire. Le réglage de votre siège est primordial pour pouvoir utiliser le pédalier comme il faut.

Enfin, le manque vient du frein à main. On se fait surprendre à chercher « la tige » pour déraper et « partir en crabe ». Seule solution, l’achat d’un accessoire complémentaire… Ou pour les plus aguerris, concevoir soit-même un frein à main avec un joystick !


Conseils d’utilisation

  • bien installer le logiciel « Logitech Gaming Profiler » avant l’utilisation du volant dans les jeux
  • se positionner correctement devant le volant, en réglant son siège comme si vous étiez à bord de votre auto (bras et jambes presque tendus, position un peu « allongée »)
  • prendre le temps de configurer le volant dans le jeu, aussi bien quant aux boutons qu’au calibrage du volant (étape cruciale pour une bonne jouabilité)
  • fréquemment ajuster et tester ses paramètres pour avoir sa configuration optimale et personnelle
  • ne pas trop se fier aux configurations des autres pilotes, qui ne correspond pas forcément à sa façon de piloter
  • prendre le temps de faire de nombreux essais avant de se lancer dans des courses endiablées !

Verdict

Que vous soyez ou non passionné d’autos ou de simulation, acheter un ensemble volant + pédalier + boîte en H, c’est s’adonner à des heures de jeu de manière interactive ! L’immersion est bien plus importante avec ces périphériques qu’avec une manette ou un clavier.
La prise en main est certes un peu hasardeuse et compliqué au départ (puisque non intuitive et non sensationnelle comme une vraie auto), mais le retour de force pâlie à cette faiblesse. Ce retour de force d’ailleurs nécessite aussi quelques minutes de tests avant d’être complètement dompté.

Pour rappel, prenez bien le temps de vous installer et de configurer convenablement le volant dans votre jeu – c’est la clé pour que vous puissiez prendre du plaisir avec !! Les 3 premières heures de jeu seront laborieuses, mais toutes les suivantes seront phénoménales !


Informations complémentaires

Si vous le pouvez, achetez ce G27 d’occasion – certaines offres se font dans les 125 €, sachant qu’il coûtait encore plus de 300 € il y a quelques années. Le Logitech G27 n’est plus disponible à la vente depuis quelques temps maintenant – ce dernier a laissé sa place à deux autres références :

Chacun de ces volants est plus ou moins donné pour une console précise, notamment parce qu’ils intègre (via les boutons au milieu du volant) la manette de ladite console. Attention, ils n’ont pas de base la boîte en H, qui est vendue séparément. Les pédaliers de ces 2 références ont toutefois bien une pédale pour l’embrayage.

Julien HOMMET

Passionné depuis toujours par l’informatique, je transforme ma passion en expertise. J’utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l’utilisation des OS Debian et Archlinux.
L’infosec m’ouvre les yeux sur les enjeux actuels et futurs de l’IT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close